Notes en résidence / CArtes, UNIVASF, Juazeiro, Brésil : «Première vision du Brésil, en ouvrant une porte donnant sur la ville, une rue certes, mais autour de l’indéfini, du transitoire, du sable au sol. Sur le chemin, des favelas de couleurs et de précarités, des étendues de palmiers et de cactus, des vendeurs de fruits, mais aussi des piles de briques, des tas de mortier, ici et là, au bord de l’autoroute accidentée, puis plus tard dans les villages et encore dans la ville. Des bâtisses de briques rouges sans revêtement, des maisons en construction ou laissées inachevées, et encore des briques qui se découvrent, des murs tant stratifiés par l’usure qu’ils semblent à peine tenir. Dans cette première vision, la coexistence désorganisée autant qu’organique du projet et de l’altération, du mouvement et du suspens. Et d’une vie qui fonctionne, ainsi.»

 

 

 

 

Atemoia (patron) 1, 2, 3, 2018.
Série, dessin, encre sur papier, 21 x 29,7 cm.
© Anaïs Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

Dessin-source : Atemoia (Juazeiro), 2017.
Dessin et écriture, crayon et encre sur papier,
50 x 65 cm.
Résidence CArtes, UNIVASF, Juazeiro, Brésil.
© Anaïs Lelièvre

 

 

 

 

 

CONTEXTE