Notes en résidence / Usine Utopik, Saint-Lô : « Saint-Lô, ville bâtie sur et avec du schiste. Comment construire et fortifier avec un matériau qui se délite. Du schiste qui s’effrite (Sion) au schiste qui fait remparts. Comment le friable fait structure, ou comment la texture fait tenir sans structure. Le réemploi des bâtisses détruites sous les fractures du béton. Des fines strates minérales aux grandes strates du temps et de l’espace architectural. Être à l’intérieur de l’église comme à l’intérieur d’un schiste. Des immeubles formés de plans qui se décalent en façade, des toits en pente non alignés et complexifiés de succession d’ardoises, lucarnes inclinées et cheminées planes. Des configurations imbriquées des murs-toits-escaliers dans la ville. Bâtir des plans avec des plans. Toute la ville comme strates. Reconstruction bétonnée d’une modalité médiévale. La bascule des temps, d’un pas à l’autre, l’enchâssement des plans. Reflux de Sion. Transversalité architecturale.
Un jeu de construction modulaire, dont les strates en plastique souple, étrangement livrées déchirées, ne se tiennent que par leurs encastrements respectifs. Mouvance de la ville comme articulation. Syntaxe-écriture de l’habiter. Entailles du bâti. Et des chutes au sol.
Croissance cumulative. Et ce schiste qui persiste. L’entrelacs des espaces-temps. D’une résidence à l’autre, et au-dedans et à travers l’autre.
Après les lignes de fuites deleuziennes. En lisant Kristeva (Le langage, cet inconnu), en écoutant Tschumi (architecture-langage), en visitant les cartographies aux Archives nationales. »

 

 

 

 

Stratum (patrons), 2019, pour l'installation Stratum 3 (Saint-Lô).
Série, collages de reproductions numériques sur papier du dessin Schiste argileux (Sion), 21 x 29,7 cm.
© Anaïs Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

Dessin-source : Schiste argileux (Sion), 2018.
Dessin et écriture, crayon et encre sur papier,
21 x 29,7 cm.
Résidence La Ferme-Asile, Sion, Suisse.
© Anaïs Lelièvre

 

 

 

 

 

CONTEXTE SUISSE

 

CONTEXTE SAINT-LÔ