Poros-oikos, 2020

Série, grès noir / Après une deuxième résidence en Islande (Fresh winds, Gardur).



Notes en résidence 1 / Fresh winds, Islande, Gardur : « Arrivée en Islande en milieu d’après-midi, c’est-à-dire à la tombée de la nuit, c’est-à-dire presque dans le noir… Je commence à dessiner à l’encre noire des pierres de lave noires ramassées en chemin. Les grands amas résiduels de neige, blanc froid, blanc qui tranche, se creusent en limace ou se fracturent sur le noir du paysage. La plage couverte de noir, le grondement refroidi des volcans. A travers la surface poreuse d’une pierre de lave, réactiver dans le regard l’inquiétude souterraine. »


Notes en résidence 2 / Fresh winds, Islande, Gardur : « Les formes imbriquées des maisons en tôle préfabriquée. Le devenir lave des bâtisses, et devenir colonnes de la lave. Dans la structure microscopique du basalte, l’évocation irrégulière de la composition du lieu. »