SILICIUM 2, 2021
Modules, plexiglass imprimé du dessin Vue microscopique de cristaux de silice, structure en acier peint, base 40 x 40 cm, hauteur de 40 x 200 cm
Résidence DRAC Centre-Val-de-Loire, Lycée Bourges-Le Subdray
Soudure métal par les étudiants en BTS TSMA
Version 1 (bas) : Restitution de résidence, Le Subdray, 2021
Version 2 (haut) : Exposition Bordures/Failles, Galerie La Ferronnerie, Paris, 2021

 

Dans la suite de Cristal (Recife) issu d'une résidence au Brésil et de Silicium 1 au Québec, l'ensemble modulaire Silicium 2, produit à Bourges (en traversant cathédrale et serres agricoles), cristallise à la fois l'éclatement et la concrétion de plusieurs expériences de lieux. La forme synthèse d'une maison-cristal, qui semble se dresser, pointer ou vaciller, contenant et contrecarrant sa possibilité de brisure, est à l'image d'un processus de création qui se construit à travers des résidences multiples, au risque de sa diffraction.
Amplifiant ce vertige d'échelles (spatiales et temporelles), le dessin, répété et agrandi, qui compose ces micro-architectures, est une vue microscopique de cristaux de silice, matière brute à l'origine du matériau verre, et dont la structure évoque déjà la cassure. Leurs lignes droites et inclinées en tous sens, déterminent également le dessin général qui cerne les modules, entre bris et bâtisses : elles y sont reprises, contenues autant qu'impactantes, identité et rapport de force.
Suivant une démarche nomade et processuelle, Silicium 2 appelle à sa prolifération et dissémination, empruntant son mode d'existence à celui du cristal, entre croissance de germe et éclatement en particules.

 

Notes en résidence : « La force fragile de la haute cathédrale de Bourges actuellement en restauration ; les colombages en bois, affirmation d'une solidité structurelle autant que propagateurs d'incendies historiques ; les champs de culture végétale comme de tirs armés, entre rationalisation et obsolescence des techniques... En croisant ces manifestations architecturales, militaires et agricoles, le travail s'est orienté vers des formes de tension entre matière brute et construction : la coprésence d'une force ambitieuse de transformation à l'épreuve de risques, et d'une fragilité d'existence qui est aussi puissance de résistance. Issu des sites arpentés et de l'actualité du reconfinement (qui a accompagné toute cette résidence), cet axe aborde et excède le local et le momentané pour interroger l'existence de manière transversale, celle de la matière, naturelle ou façonnée, celle des artefacts, expressive d'une posture au monde. Comment peut-on construire de grands espaces à partir d'éléments fragiles ? Comment des constructions solides peuvent-elles contenir des fragilités, à la lisière de la catastrophe et de l'altération ? »

 

 

DESSIN-MATRICE / Vue microscopique de cristaux de silice, 2019, dessin, encre sur papier, 21 x 29,7 cm